MARTHE LEMUT Marthe Lemut est née en 1963. Dans les années 90, alors journaliste spécialisée dans la finance internationale, elle est membre d’une petite association qui organise des débats dans une cave parisienne, une amicale de journalistes pourrait-on dire. Elle y rencontre des écrivains, des réalisateurs, des compositeurs, des administrateurs de compagnies et se prend au jeu de se mêler de leurs affaires, de s’intéresser à leurs métiers... et se donne envie d’en être ! Elle décide alors de changer de vie et choisit de travailler dans la culture, pour la musique contemporaine. Pour quoi faire ? Tout ! Comme souvent quand on démarre dans ces métiers. Elle rencontre alors Roland Hayrabedian à Marseille, qui dirige à la fois un ensemble professionnel, Musicatreize, dont elle devient la chargée de diffusion, et un chœur amateur, le Chœur contemporain, dont elle devient l’administratrice. Avec ces deux casquettes, elle apprend beaucoup, de l’organisation du petit concert local à la diffusion de grosses productions professionnelles, de l’administration aux relations publiques, de la gestion des liens avec les partenaires à la mise en œuvre des tournées nationales et internationales. En 2003, forte de ces savoir-faire, elle souhaite accompagner de nouveaux projets et crée son association Or Not… Or Not… c’est à dire : « Ou pas », « Ou bien ? », « Au contraire ! ». Pourquoi ce drôle de nom ? Ce n’est même pas un jeu de mots, car il s’agit bien de « not… » et pas « notes ». C’est plutôt qu’il y a dans le « principe de l’or not » quelque chose de la suspension, du facultatif, un état d’esprit d’ouverture. Peut-être parce qu’en production et en diffusion de spectacles vivants tout doit rester ouvert, le plus longtemps possible en tout cas. Peut-être parce que Or Not… se situe à l’embrasure, au point où le possible est réalisable, à l’endroit de l’ouverture, où rien n’est imposé ni obligatoire. Peut-être pour donner plus de poids à l’imagination. Peut-être parce qu’en fin de compte, notre joli désordre premier se mue toujours in fine en un ordre subtil et concerté.

photo // © Arièle Bonzon

fr / en